En ces temps de canicule…à la recherche de la fraîcheur et de la détente…

Aujourd’hui j’ai eu l’occasion d’avoir plus de clarté sur ce qui était vivant en moi, grâce à une situation vécue avec mon fils…

…Je vous raconte:

Aujourd’hui, nous nous sommes réveillés tôt!…Enfin à une heure où nous n’avons pas l’habitude de nous lever. J’ai donc décidé que nous ferions une promenade dès que nous aurions terminé le petit déjeuner. J’aspirais à de la détente. Afin de tenter d’éviter les hurlements dans le coussin (salvateurs pour l’enfant stimulateur mais pas forcément des plus agréable à vivre) ou les hurlements directement et indirectement sur le stimulus (stimulus=enfant),  et les mouvements brusques, les phrases jugeantes (signes d’un stress près à exploser en pleine face), bref vivre la détente pour nous deux!

 

Nous sommes enfin partis (je vous passe les détails du comment…). J’avais un objectif qui me paraissait idéale pour que moi je me détende. Mais mon petit d’homme, vivant son instant présent à fond, s’arrête et me dit:
 » Je veux rentrer à la maison regarder les dessins animés. »
Et là je me dis:
« puisque tu fais de la communication non violente, essais de voir pourquoi c’est important pour lui de retourner à la maison regarder les dessins animés! Tu ne vas quand même pas l’obliger avec son désaccord de te suivre, c’est violent, allez hop au travail…Tu ne partiras que lorsque tu aura entendu un oui de sa part! »

« Il y a des parts en nous super violente quand même! 😉 Et le pire c’est qu’on les croit quand elles se nomment garantes de la non violence.Non mais pour qui elles se prennent! »

Je vais donc vers mon petit d’homme, me met à sa hauteur:
« Pourquoi c’est important pour toi de retourner à la maison?
_Parce que je veux voir les dessins animés.
_Ah oui parce que c’est agréable pour toi de regarder les dessins animés.                 _Oui, j’aime bien les dessins animés.
_Oui mais moi, je veux pas retourner à la maison. »
La suite il l’écoute pas, il commence déjà à faire demi tour. Exaspérée je le retiens par le bras!
« Je voudrais te dire moi ce que ça me fait si on retourne à la maison. Je vais être énervée, car j’avais vraiment envie de sortir pour me détendre. C’est agréable pour moi de me promener. Si on rentre, je vais sans doute crier. Est-ce que c’est agréable pour toi quand je crie?
_Non.
_Quand je crie, tu te rappel tu as peur! Et c’est pas agréable pour moi non plus, je veux pas te faire peur.
_Oui. Je veux rentrer à la maison.
Je pense: « Et merde » Je continue:
« Tu serai d’accord pour qu’on continu la promenade et ensuite on rentre à la maison et tu regarderas les dessins animés.
_Ouiii! on continu la promenade. »
« Yes! »Il s’approche du sac et commence à sortir ces jouets.
« Je peux jouer ici.
_ok, ça me va! »
A quoi répond une part de moi en interne:
« Ah mais non ça va pas…C’est pas là que tu goûteras la détente. Y’a la route juste à côté, tu voulais avoir la fraîcheur de la foret, là on en est loin…A peine deux rangées d’arbres! c’est nul je veux pas rester ici. »
Je retourne vers mon petit d’homme et je lui dit:
« En fait non ça me va pas. Tu ne veux pas qu’on aille un peu plus loin? »               _Non, j’veux jouer ici.
_Pour moi c’est pas agréable de rester ici. »
Ma part désespérée et qui commence à mesurer mon impuissance                      « Oh zut ça recommence! »

Finalement j’ai rien tenté de plus. Je me suis assise. J’ai regardé à l’intérieur de moi ce qui se disait. Je me suis rappelé que 1:
_l’enfant à cet âge est vraiment dans l’instant présent. Il goûte ce qui le traverse, l’exprime et c’est tout et n’a pas l’intention de vous faire chier. C’est juste vous qui pouvez mesurer les conséquences à moyen terme si vous dites oui ou non.
Et 2:
_Il n’aime pas et ne comprend pas les longs discours.
J’ai regardé ma frustration, et mon énervement naissant.

J’ai donc décidé de reprendre ma responsabilité. Si je n’allais pas dans ce bois, il était possible que je m’énerve encore plus. Si la tension ne se détendait pas, il était possible que mon petit d’homme essuie les plâtres. Et non, ça pas possible, car très triste pour moi dans mon coeur de faire mal à ce bout de chou. Donc j’ai décidé de continuer la promenade pour aller dans ce bois. Au risque de me confronter à un refus ou une crise. Sans d’autres commentaires je suis allée ranger les jouets de Gaël… Qui n’a pas bronché. Et nous sommes partis dans le calme. Et même joyeux! hi hi…DSC00787

4 réflexions au sujet de « En ces temps de canicule…à la recherche de la fraîcheur et de la détente… »

  1. Merci Isabelle pour ce partage mêlé de technique et de réalité émotionnelle, dans la beauté de l’instant présent!

  2. Merci Amandine 😉 C’est super émouvant pour moi de publier ce blog et de partager tout ça! Et quand je vois que ça contribue pour toi et d’autres, je suis encore plus émue!

  3. Savoir lire, décrypter les émotions des petits n’est pas chose aisée !
    Cette réflexion sur l’autre mais aussi sur soi est importante pour avancer, comprendre, changer et évolution tout en faisant évoluer.
    Vous auriez fait une bonne ass mat’ chère Isabelle 😉

  4. Et oui, merci Séverine! J’imagine qu’en tant qu’assistante maternelle c’est aussi ce que vous vivez au quotidien pour répondre au mieux aux enfants avec qui vous passez la journée. Et que ça doit pas tous les jours vous sembler fluide mais le travail est gratifiant 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *